lundi 7 octobre 2019

Ulysse 31 en blu-ray : les dix commandements (7 & 8)

Suite de notre grand feuilleton : les dix commandements à suivre pour faire une édition d'Ulysse 31 en blu-ray qui soit à la hauteur des attentes et qui corrige les erreurs du passé.

Les premiers commandements étaient :
1. D'une source argentique tu partiras
2. L'étalonnage tu soigneras
3. L'épisode pilote tu proposeras
4. Tu n'abuseras point de la compression
5. Tu ne zoomeras point
6. La version en 156 épisodes tu proposeras


7. Avant le premier épisode, point de résumé ne mettras

C'est l'une des petites bêtises qui agacent depuis qu'Ulysse 31 existe en DVD et qui n'a jamais été corrigée : au début du premier épisode, avant le générique, il NE doit PAS y avoir le résumé du premier épisode !
« Le trente-et-unième siècle. C'est parce qu'Ulysse avait terrassé le Cyclope, et ainsi sauvé Télémaque, Thémis et Noumaïos, que les dieux de l'Olympe imaginèrent cette terrible vengeance… »

Ce résumé, cher à la mémoire de tous les amateurs d'Ulysse 31, a été conçu pour que le spectateur qui a raté le début de l'aventure puisse prendre la série en cours de route. Il doit donc être présent au début de chaque épisode de 26 minutes… à partir du second épisode seulement.

Rappelons aussi que dans la version en 156 épisodes de 5 minutes, il n'y a pas de résumé du tout.


8. Les génériques point ne négligeras

Cela peut sembler une évidence, mais ça va mieux en le disant : concernant les génériques français de début et de fin, le spectateur doit pouvoir choisir entre les chansons correspondant à la première diffusion (interprétées par Lionel Leroy), et la chanson correspondant à la majorité des rediffusions à partir de 1983 (« Ulysse revient », interprétée par Jacques Cardona). Cela vaut aussi bien pour les génériques longs de la version en 26 épisodes que pour les génériques abrégés de la version en 156 épisodes.

 

Parlons maintenant de l'image. Dans toutes les éditions commercialisées par IDP depuis vingt ans, le générique de début est miné par deux problèmes :
– master vidéo médiocre, avec ces images pâles et légèrement bleutées, loin des couleurs éclatantes que l'on a pu voir à la télévision ; d'ailleurs le générique japonais proposé en bonus dans l'édition Premium est déjà infiniment meilleur ;
– partant de ce mauvais master, IDP a dégradé encore ce générique par trop de compression ; cela génère, dans presque tous les plans, les « images fantômes » dont nous avons déjà parlé.

Le générique de fin, sans doute parce que le matériel disponible était de piètre qualité, n'est guère mieux loti. Et pour ne rien simplifier, il en existe deux versions : dans la seconde version, les textes ont été refaits, avec quelques fautes de frappe, et surtout, le texte est différent pour les crédits musicaux (les mentions « Osmond Studios » et « Editions Radmus New-York » ont été ajoutées ; il est probable que cet ajout soit la raison pour laquelle ce nouveau générique de fin a été créé, à une date que j'ignore, 1983 peut-être).

Ce second générique est celui qui a été utilisé dans les éditions VHS des années quatre-vingt, certaines rediffusions télévisées, ainsi que les premières éditions vidéo commercialisées par IDP : cassettes VHS en 1999, puis DVD en 2002. On reconnaît cette version à sa luminosité nettement trop forte, comme une photo surexposée, brûlée par endroit, et aux crédits contenant des fautes (« Adanov » au lieu de « Adamov », « Polidor » au lieu de « Polydor »).

Version refaite
présente en VHS et sur la 1re édition DVD
Version d'origine
présente sur les éditions DVD de 2005 et 2007


Depuis 2005, IDP nous gratifie d'un nouveau master, conforme au générique de la première diffusion télévisée, mais l'image est sombre et mal définie… c'est à peine mieux. Et… au lieu d'être coupée à droite, l'image est coupée à gauche.

Version refaite
(édition DVD de 2002)
Version d'origine
(éditions DVD de 2005 et 2007)

Quand on compare ces différentes captures d'écran, on se rend compte qu'aucune des versions n'est satisfaisante. En 2002, il manque une partie du robot jaune, que l'on récupère en 2005, mais alors c'est le visage de Thémis qui est rogné ; et dans les deux cas, les traits des personnages sont indistincts et le titrage peu lisible.

Enfin, il ne faut pas oublier d'intégrer les génériques courts, ceux qui correspondent à la version en 156 épisodes (générique de début : 46 secondes ; générique de fin avec la mention « à suivre » : 18 secondes).

À ce jour, cet écran mythique reste inédit en VHS et en DVD.

Ce n'est pas tout ! Dans toutes les éditions DVD, il manque les dernières secondes du générique de fin. Voici un montage réalisé à partir d'un DVD auquel j'ai ajouté les secondes manquantes, provenant d'une vieille édition VHS.


La moindre des choses, sur une réédition, serait que ce générique soit enfin proposé en entier, sans coupure.

La morale de tout cela, c'est qu'il y a, en apparence, un énorme travail à faire pour restituer aux génériques d'Ulysse 31 leur splendeur perdue. En réalité, si les précédents commandements sont respectés (partir d'une source pellicule, soigner l'étalonnage, ne pas zoomer), les choses vont, si l'on peut dire, se faire naturellement. Il ne faut simplement pas oublier, comme ce fut le cas lors de l'édition Premium, que les génériques font partie intégrante de l'œuvre — oubli d'autant plus dommageable que ces génériques ont joué un rôle considérable dans le succès d'Ulysse 31 et dans son accession au rang de classique.



Suite des dix commandements :
9. La version japonaise tu proposeras
10. Le droit d'auteur tu respecteras

© Hervé Lesage de La Haye, octobre 2019.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire